Dinant : potentiel de reconversion du site Merinos

Le BEP a été mandatée par la commune de Dinant pour réaliser une étude sur le potentiel de reconversion du site Mérinos pour y créer des entrepôts de stockage.

Mission du BEP en 3 phases

Cette étude comprendra 3 phases :

  1. Une analyse du site et identification des possibilités de réaffectation des bâtiments en vue de la création d’entrepôts de stockage ;
  2. Une estimation des coûts de réaménagement de ces bâtiments, et une estimation du prix de vente du bien via un expert immobilier agréé afin d’alimenter les réflexions ;
  3. Définition éventuelle des conditions pour la mise en vente du bien.

La réunion de démarrage à été organisée le 20 décembre 2021 afin de visiter les locaux et étudier les atouts et les faiblesses du site.

Le BEP étudie à présent le contexte urbanistique architectural et environnemental du site. Il analyse l’état sanitaire des bâtiments et identifie les potentiels de réaffectation.

Un exemple de site à réaménager

Le BEP a commandité en 2020 une étude complète pour identifier sur l’ensemble de la Province tous les sites qui méritent d’être réaménagés, selon des critères précis (localisation, conditions de réaménagement,…).

Le site Merinos est l’un de ces sites, inscrit à l’inventaire des S.A.R du Service Public de Wallonie.

En savoir plus sur les SAR

d’une filature à un espace de stockage

Situé à l’entrée du quartier de Neffe, sur la rive gauche de la Meuse, le lieu abritait un atelier de tissage en 1879. L’entreprise comptait plus de 150 travailleurs. En 1890 est fondée la société Le Mérinos S.A. de Neffe. Elle a pour objet la fabrication, l’achat et la vente pour son propre compte ou compte de tiers, de filés et des tissus en laine, spécialement des mérinos, cachemires et nouveautés et toutes les opérations qui se rattachent à cette industrie. L’entreprise est cependant mise en liquidation en 1934.

En 1945, le site devient un centre d’internement pour femmes “inciviques” : 1204 détenues sont passées par le Mérinos. L’internement était une mesure administrative qui s’appliquait à toute personne, belge ou étrangère, suspectée de relations avec l’ennemi pendant l’occupation. 

De 1947 à 1954, la partie “abattoir” a abrité une fabrique de viande stérilisée avant d’être réaffectée pour la Ville de Dinant en 1955 pour y implanter des ateliers communaux et des locaux pour les écoles.

Au début des années 1990, un atelier de dinanderie – art de travailler les ustensiles de cuivre et de laiton – y est installé dans une partie des locaux de l’ancienne filature.

En 2000, le FOREM occupait également une partie des bâtiments.

Le complexe sert désormais à la Ville pour entreposer du matériel.

 

UNE QUESTION UNE DEMANDE ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.

Vous pouvez à tout moment retirer votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire. Pour plus d'informations sur la gestion de vos données et pour connaitre et exercer vos droits, veuillez consulter notre charte vie privée.